TALALGIE

TALALGIE

Définition

La talalgie connue sous le nom de fasciite plantaire, c’est l'une des pathologies les plus courantes du pied. Elle consiste à toute douleur du talon qu’elle soit de siège plantaire, postérieur, latéral, ou en couronne, qui se manifeste souvent pendant la marche ou les activités sportives.

Cette pathologie résulte d'une souffrance du talon, partie arrière du pied constituée d'un os, le calcanéus et des tissus qui l'entourent. Toutes les structures du talon peuvent être à l'origine de douleurs : le calcanéus, les tendons et aponévroses qui s'y fixent, ainsi que les nerfs, les tissus mous et la peau.

Symptômes

Les patients de cette pathologie se plaignent le plus souvent de plusieurs symptômes peuvent persister quelques semaines voire quelques années :

  • Des douleurs qui débutent insidieusement sur la face interne du calcanéus (l’os du talon).

  • La douleur est pire tôt le matin, lors de la première mise en charge sur les pieds, sur le sol, et elle devient moins intense après avoir fait les premiers pas. En fin de journée, elle devient plus intense et est atténuée par le repos des pieds.

  • Lorsque la douleur devient plus intense, le patient est incapable de porter le poids du corps sur les talons.

  • Un léger œdème et un érythème peuvent être présents.

Diagnostic

Le spécialiste détecte la présence de la talalgie chez le patient par un examen physique. En effet, l'aponévrose plantaire (membrane fibreuse qui enveloppe le muscle du talent) doit être palpée afin de déterminer la zone où se situe la douleur et la présence éventuelle de nodulations :

  • le fascia au niveau du talent (membrane qui enveloppe des groupes de muscles du talent) devient plus intensément douloureux lorsqu'il est soumis à une tension et doit être palpé avec les orteils et la cheville en dorsiflexion.

  • Le tunnel tarsien doit également être palpé afin de rechercher un signe d’inflammation impliquant le nerf tibial, les nerfs plantaires latéraux ou médiaux et les nerfs calcanéens.

  • La cheville et les articulations sous-taliennes doivent être examinées activement et passivement en ce qui concerne la mobilité.

  • La force active des muscles qui traversent la zone où le patient signale une douleur doit être étudiée pour savoir si les symptômes se reproduisent avec la contraction musculaire.

  • Des examens complémentaires de radiographies du pied et de la cheville doivent être réalisés afin d'étudier les informations relatives à la structure osseuse et à l'état biomécanique du pied et de la cheville, ainsi que pour détecter toute présence d'éperons ou de calcification le long du calcanéus. L’IRM est l’examen le plus performant pour explorer cette région anatomique.

Étiologie

La fasciite plantaire est la cause la plus fréquente de douleur dans la région plantaire du talon. Les microtraumatismes répétitifs à l'origine de la talalgie sont corrélés au développement de périostites dues à la traction et aux microdéchirures de l'aponévrose elle-même (membrane fibreuse qui enveloppe un muscle), qui se traduisent par une inflammation et des douleurs chroniques.

Chez les sportifs, des anomalies biomécaniques prédisposantes de la cheville et de l'arrière-pied ont été identifiées.

Les facteurs qui contribuent à l’apparition de la talalgie peuvent être également :

  • Une fracture de stress.

  • Une tendinite.

  • Une arthrite.

Épidémiologie

La talalgie est un problème orthopédique très courant qui touche principalement les hommes âgés de 40 à 70 ans. On estime qu'une personne sur dix ressent des douleurs dans la région sous-calcanéenne au cours de sa vie.

Les talalgies touchent 4 à 9 % de la population et sont un motif fréquent de consultation en médecine générale et en médecine du sport. Elle affecte donc les athlètes, en particulier les coureurs.

Traitement

Chez la grande majorité des patients, un traitement conservateur sans chirurgie est suffisant pour permettre un soulagement des symptômes et réduire l’inflammation :

  • Dans un premier temps, une courte période de repos peut être recommandée, accompagnée de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens pendant environ quatre à six semaines.

  • En parallèle, un programme d'exercices à domicile est recommandé pour étirer le fascia plantaire. De plus, des exercices d'étirement et de contraction excentrique du tendon d'Achille, sont effectués simultanément avec des exercices d'étirement du fascia plantaire.

  • Il est conseillé de porter des semelles en matériau souple, notamment silicone, avec des conceptions capables d'accueillir et de soutenir l'arche longitudinale médiale, ainsi que de rembourrer la région du talon afin de réduire la pression de mise en charge.

  • Une kinésithérapie formelle de type analgésique peut également être prescrite, en séances avec application locale d'ultrasons.

  • Dans le cas où le patient ne répond pas à ce type de traitement, la possibilité d'une immobilisation du membre dans une botte plâtrée pour la marche peut être proposée pendant environ six à huit semaines.

  • La thérapie par ondes de choc est apparue récemment comme une nouvelle technologie appliquée comme moyen de traitement conservateur de la talalgie. Elle consiste en l'application d'ondes de choc puissantes dans le but de favoriser la cicatrisation des tissus enflammés de l'aponévrose plantaire.

  • L’intervention chirurgicale doit être envisagée lorsque les symptômes persistent sans amélioration significative, après au moins six mois d'utilisation des différents types de traitements conservateurs.

Références bibliographiques

  1. Cardenuto Ferreira R. Talalgia: plantar fasciitis. Rev Bras Ortop. 2014;49(3):213-217. Published 2014 Mar 27. doi:10.1016/j.rboe.2014.03.012

  2. Alvarez-Nemegyei, Jose MD, MSc*; Canoso, Juan J. MD† Evidence-Based Soft Tissue Rheumatology. V, JCR: Journal of Clinical Rheumatology: October 2004 - Volume 10 - Issue 5 - p 259-262. doi: 10.1097/01.rhu.0000141506.15255.ca

TRAITEMENT RECOMMANDÉ

TRAITEMENT RECOMMANDÉ

Talalgie par Exo Médical, le spécialiste des ondes de choc